Bermudes 1000 Race - First night at sea

Traduction française ci-dessous.

After a 24hr postponement due to a storm forecast in the Atlantic, Pip set out yesterday on her first IMOCA race, the Bermudes 1000. The conditions on the start line were fair, with 15 - 18kts of breeze and a sailing up wind out of the bay of Douarnenez. The heavy weather from the last two days left an unstable sea state, but the sun was out and all the competitors accelerated across the line.

As night fell, conditions became calm for the first night alone at sea:

“Quite a calm first night, actually, it was good, it was just easing me into it. Everything feels fine. This morning I’m up, I’ve got three sails up, spinnaker, jib and a main. It got really light in the night, so put the spinnaker up in the dark, which was quite a hard thing to do because there was a lot of other boats around and loads of things to think about, and I was in kind of half a decision not to put it up, just to play it safe, not take any risk, just get my first night out of the way, but there was part of me that just thought ‘well, I don’t want to be left for dust, so it really has to go up’. So, I chose quite a small spinnaker and then I just thought about the task and broke it down. It took me quite a while, but I just did everything slowly, steadily and I had a really bright torch so I was just checking every single detail.

There was loads of backwards and forwards, backwards and forwards. Walking up and down the boat, I’m getting quite a few steps in, which is unusual for sailing – but I guess it is a big boat! I managed to sleep as well, which was incredible. Literally for 15min at a time to begin with and in-between I was just checking everything and in the early hours of this morning, I actually slept for about an hour – and miss the time that I should have gybed actually, which is not the end of the world as we’re going along quite nicely now. I’m feeling good, I’m about to have my first porridge and a cup of tea – and all’s right with the world.”

Track Pip’s progress on the race tracker here: https://www.bermudes1000race.com/cartographie-bermudes-1000-race

Join in the conversation, and watch videos of Pip’s race on Facebook: https://www.facebook.com/PipHareOceanRacing/

Après un report de 24 heures dû à une prévision d’orages dans l’Atlantique, Pip s’est élancée hier dans sa première course IMOCA, la Bermudes 1000 Race. Les conditions sur la ligne de départ étaient clémentes, avec un vent de 15 à 18 nœuds et une navigation au près serré hors de la baie de Douarnenez. Le temps lourd des deux derniers jours a conduit à un état de la mer instable, mais le soleil est apparu et tous les concurrents ont accéléré en franchissant la ligne. Lorsque la nuit est tombée, les conditions se sont améliorées pour la première nuit en solitaire : « Première nuit plutôt calme, finalement, c’était bien, cela m’a permis de me mettre dans le bain facilement. Tout semble OK. Ce matin, je me suis levée, j’ai mis les trois voiles, le spinnaker, le foc et la grand-voile. Cela s’est vraiment éclaircit dans la nuit, mais mettre la grand-voile dans l’obscurité, c’était assez difficile car il y avait de nombreux bateaux autour et des tas de choses auxquelles penser, alors j’avais à moitié décidé de ne pas la hisser, simplement pour ne prendre aucun risque, juste pour traverser la nuit, mais il y avait une partie de moi qui pensait “Bon, je ne veux pas ne pas compter, alors il faut vraiment que ça monte”. Donc j’ai choisi un spinnaker plutôt petit, j’ai juste pensé à la tâche et je l’ai décomposée mentalement. Ça m’a pris un bon moment, mais j’ai simplement tout fait lentement, de façon continue, et j’avais une torche vraiment puissante donc j’ai vérifié chaque détail.

Il avait des tas et des tas de va-et-vient. En montant et descendant le bateau, j’ai fait un bon nombre de pas, ce qui est inhabituel en voile (mais je pense que c’est un grand bateau !). J’ai aussi réussi à dormir, ce qui est incroyable. Littéralement pendant 15 minutes à chaque fois pour commencer. Entre, je vérifiais tout et dans les premières heures du matin, j’ai vraiment dormi, pendant environ une heure… et j’ai raté le moment où j’aurais dû empanner, ce qui n’était pas la fin du monde puisque nous avançons plutôt bien maintenant. Je me sens bien, je suis sur le point de prendre mon premier porridge et une tasse de thé, et tout va bien dans le monde ! »

Suivez l’avancée de Pip sur la cartographie de la course : https://www.bermudes1000race.com/cartographie-bermudes-1000-race

Pip Hare